Le blog de Tënk > Programmation

•• Cette semaine sur Tënk – Wagner, tomates et détergent

7 octobre 2022

La musique adoucit les tomates.

… c’est en tout cas ce qu’on se dit dans le petit village grec d’Elias, qui vivote comme il peut en temps de crise… Quelle meilleure manière de triompher des difficultés économiques que de miser sur des fruits mélomanes ? Quand les tomates rencontrent Wagner est un film dans lequel on peut débattre sérieusement des bienfaits comparés de la musique traditionnelle ou de celle de Wagner sur le mûrissement. C’est aussi bien sûr une histoire surprenante : celle de deux cousins accompagnés de vieilles villageoises vaillantes qui s’allient pour conquérir le monde avec des petits pots de produits biologiques. C’est un film qui fait sourire, d’un optimisme contagieux et d’une grande honnêteté. S’il n’est pas facile d’être rentable, au moins peut-on faire du beau et bon travail, en improvisant, en inventant ensemble – en réactivant quelque chose de joli : nos relations humaines !


On fait comme on veut, mais pour notre part nous conseillons principalement l’utilisation du vinaigre blanc. Dégraissant, nettoyant, anti-calcaire : c’est le produit miracle pour votre ménage ! Dans Clean With Me (After Dark), vous découvrirez des femmes qui ont pour vous bien d’autres conseils-propreté, et qui comme nous sont passionnées de ménage. Au point d’en faire des vidéos, suivies par des milliers de gens sur Youtube : « de parfaites housewives délivrent leurs bons conseils pour une maison impeccable ». Mais ce « desktop documentary » (qui se déroule exclusivement sur l’écran d’un ordinateur) ne se limite pas à cette curiosité. Derrière l’affichage de foyers parfaitement heureux car parfaitement nickel se cache forcément autre chose… une faille ? C’est la grande force de ce court métrage, spectaculaire à sa manière, que de creuser derrière la façade. Notre programmatrice Pauline David formule les choses ainsi : « Par un virevoltant jeu de montage, le vernis craquelle pourtant, l’hyper dynamisme de ces jeunes américaines ne faisant que trahir une vertigineuse solitude que le tourbillon des likes ne vient pas assez combler. » Passionnant !


Cette semaine, nous ne sommes pas très heureux de reprogrammer Au nom du Duce – Naples-Rome de Amos Gitaï. L’actualité italienne, avec l’arrivée du parti d’extrême-droite Frères d’Italie aux portes du pouvoir, nous renvoie dans le passé. Qui n’est pas si lointain, ici : nous sommes en 1993. Amos Gitaï, réalisateur israélien, filme pendant 4 jours l’agitation autour d’une campagne. Celle qui à l’époque se présente aux élections municipales ne cache pas l’héritage de son nom de famille : elle s’appelle Alessandra Mussolini. Le film révèle comment le grand-père, Benito, est encore l’icône de son parti… Et il donne également en parallèle la parole à de vieux juifs napolitains persécutés… Nous vous conseillons grandement ce film sobre et douloureusement d’actualité.


Voici un Fragment d’une œuvre particulier cette semaine, car il n’est pas consacré à l’œuvre d’une seule personne, mais à un collectif : La Poudrière.

La Poudrière, c’est un dépôt de poudre et d’explosifs, mais c’est aussi un groupe de femmes cinéastes féministes, « un espace de création, de réflexion et d’apprentissage où s’expérimente dans la pratique cinématographique une solidarité politique. » Lysa Heurtier Manzanares, qui programme ce fragment, a choisi 6 films. Certains durent 3 minutes – le temps d’une bobine de Super-8 – d’autres un peu plus. Tous expérimentent le récit et jouent sur la matière et la pellicule. Lysa écrit : « je suis émue par ces noms qui se retrouvent au générique de chacune et qui se répondent de films en films. On sent le collectif qui est présent derrière et qui soutient. Une sensibilité commune se dégage fortement de ce corpus de films, celle d’artistes femmes féministes qui prennent place, qui questionnent leur corps et leurs imaginaires, qui écrivent leurs récits, bien à elles, mais ensemble. Cette complicité féminine dans la création qui n’a rien d’évident, ni d’aisé à construire, tisse ensemble ces œuvres individuelles et trace une filiation artistique et politique précieuse. »

Vous trouverez ci-dessous les titres de ces films d’ordinaire visibles en festivals, ou en projections plus ou moins sauvages… à voir aujourd’hui sur Tënk !

Bons films !