Le blog de Tënk > Programmation

•• Cette semaine sur Tënk

22 juillet 2022

8 novembre 2016. Donald Trump obtient plus de 62% des votes dans l’État du Kentucky, loin devant sa rivale démocrate Hilary Clinton. Qui se soucie encore de celles et ceux qui ont voté pour le 45e président des États-Unis ? « Tout le monde sait que nous sommes sans éducation, pauvres, violents, racistes, consanguins. Et tout ça est vrai » pose de sa voix roque et grave Brian Ritchie. Le narrateur et héros de The Last Hillbilly, notre coup de cœur de la semaine, tord les mots, utilise une langue qui nous touche aux tripes. Il habite les Appalaches, ces collines où en moins de trois générations les pionniers montagnards sont successivement devenus des gueules noires puis ces « ignorants au chômage », en un mot des « hillbillies » ou « bouseux des montagnes » comme les surnomment le reste du pays. Diane Sara Bouzgarrou et Thomas Jenkoe nous offrent ici un portrait à la beauté crépusculaire, nous révélant la poésie de cette Amérique blanche oubliée de tous.

Les brumes du Kentucky font écho cette semaine à celles d’un lac, celui de Looking For Horses, en Bosnie, autre territoire qui a façonné et marqué profondément ses habitant·es. Sur l’eau, un cinéaste bègue – qui a perdu sa langue maternelle loin de son pays d’origine – rencontre un pêcheur solitaire devenu sourd pendant la guerre civile des années 90. Quand les mots le suffisent pas, Stefan Pavlović passe sa caméra à Zdravko qui lui confie volontiers la barre de sa barque. Ce film touchant, plein d’attention et d’écoute invente une forme pour rentre possible la rencontre, l’amitié. Le cinéma se fait langue commune pour dépasser les traumas de chacun comme ceux d’un pays.

●●

Apprivoiser les mots, mais aussi le monde, c’est l’obsession de celles et ceux dont la vie est soumise au Dieu Toc. Celui-ci exige de compter encore et encore chaque chose : ladistance entre le bureau et le mur, les pas qui séparent de la rencontre amoureuse, les risques d’attraper une maladie… Mathieu Kiefer nous raconte avec humour et poésie son monde, un monde singulier qui devient la norme pour celui qui la vit, Le Grand Ordinaire, en somme.

Le rêve fait par le compositeur allemand Karlheinz Stockhausen n’a rien d’ordinaire, puisqu’il s’agit d’une musique « capable de voler ». Helicopter String Quartet retrace laréalisation de ce projet fou : faire jouer de façon synchrone un quatuor à corde dont chaque musicien serait dans un hélicoptère en vol, les images étant retransmises simultanément au public resté au sol. Il faut absolument découvrir ce pionnier de lamusique électro-acoustique maniant lui-même les manettes de la console en direct ! Le cinéaste Frank Scheffer réussit à nous transmettre toute la complexité du projet autant que l’enthousiasme communicatif de son créateur.

●●

3 jours sans parler qui se concluent par une baise. C’est l’une des histoires racontées à Mathilde Girard dans Les Épisodes – Printemps 2018, un court métrage où la parole est centrale. Chaque « épisode » est en effet une discussion où les personnages et ami·es, réalisatrice comprise, occupent tour à tour une place différente. Il y est question de rêves, de vie intime, d’amours et, surtout, de transformation et de métamorphose.

Et pour finir, un film qui se passe de mots. Sans commentaire, ni dialogue, Slow-Aheadde Marie Bottois, suit les bateaux de transport qui remontent la Seine, chargés de blé, de charbon ou de pétrole. Les tableaux sonores, composés au rythme de ces mastodontes d’acier, questionnent les relations qui unissent l’homme à la machine et à la nature. Au mitan de l’été, voici venu le moment de ralentir.

Bons films !