Le blog de Tënk > Programmation

•• Cette semaine sur Tënk

25 juin 2021

L’Afrique ! « Des palmiers, le désert, des Arabes, des danseuses du ventre ! » Dans Libérez l’Afrique !, Martin Baer procède à une impressionnante compilation d’archives audiovisuelles allemandes, qui revisitent un héritage encombrant. Des films de propagande nazie jusqu’aux publicités de la fin du 20e siècle, le film met en évidence une construction iconographique puissante, capable de coloniser les esprits. Jürgen Ellinghaus, qui a programmé le film, en parle ainsi : « Par son montage – politique mais aussi délibérément polémique – (…) Martin Baer nous suggère cette conclusion : c’est justement grâce à ce voile de fumée jeté par clichés et stéréotypes de l’imagerie populaire de l’Afrique – nourrie d’un paternalisme « bon enfant » – qu’ont pu se déployer des stratégies politico-industrielles européennes bien réelles qui se sont souvent révélées désastreuses pour les populations concernées. »

●●

« Quand un soldat revient de guerre il a / Simplement eu d’la veine et puis voilà »

Antoine Chapon, dans My Own Landscapes, nous plonge dans un univers paradoxal : un monde virtuel, fait par et pour l’armée. Un « lieu » d’entraînement, au départ, conçu pour préparer les soldats à se jeter dans le bain du combat réel (celui où l’on n’a qu’une vie en réserve). Mais aussi un lieu de possible retour à la sensibilité. Parce que, quand un soldat revient de guerre, il a aussi probablement expulsé un peu de sa tête la possibilité de la douceur. Alors le film nous présente une bien étrange manière de se reconstruire et de revenir aux sens : par le virtuel, par des fleurs et des buissons de pixels.

●●

Dieu merci je suis lesbienne ! Mais les douze femmes rencontrées par Laurie Colbert et Dominique Cardona en parleront certainement bien mieux. Douze femmes, pour un film où s’exprime une réjouissante diversité d’opinions. Notre programmatrice Caroline Châtelet, elle, prend les choses dans l’ordre : « Cela commence par dire, assumer, affirmer, aimer un mot : lesbienne ». Sans détour, et avec humour, sont alors évoqués différents aspects de l’identité lesbienne, composant un portrait multiple, abordant tour à tour le rapport à la famille, la sexualité, la fidélité et – central – le féminisme. Et Caroline de poursuivre et conclure : « Si les paroles (…) soulignent la pluralité d’expériences, de positions et d’analyses, toutes revendiquent le sentiment de libération éprouvé à vivre loin des normes hétérosexuelles. » Réalisé en 1992, le film a marqué son époque et reste aujourd’hui d’une grande actualité…

●●

Enfin, rendez-vous sur notre plage Festivals ! Nous y faisons écho à la reprise en salle, en ce moment, du festival Filmer le Travail, dont l’édition 2021 eut lieu cet hiver en ligne. Vous y retrouverez deux films des éditions précédentes (La Ronde, de Blaise Perrin, et Century of Smoke, de Nicolas Graux) ainsi que notre Coup de cœur, le Prix spécial du public 2021, Makongo, de Elvis Sabin Ngaïbino.

Bons films !