Le blog de Tënk > Programmation

•• Cette semaine sur Tënk

8 mai 2020

Il y a un regard qui transperce, dans Bella e Perduta : celui de Tommaso Cestrone. Un homme, un agriculteur de Campanie, qui envers et contre tout décida un jour de consacrer sa vie à la préservation de la beauté, contre la destruction. Il faut voir son visage, beau et décidé, comme ce film-fable qui à travers les yeux d’un bufflon parvient à nous confronter avec douceur à la violence de notre espèce humaine. Notre programmatrice italienne, Daniela Persico, en a écrit un très bel et éclaircissant « avis« , dont nous vous conseillons la lecture…

Celui de Bègue a, lui, été rédigé par l’une de nos abonnées ! En juin 2019, une commission composée de 6 abonné·e·s et 2 membres de l’équipe de Tënk a sélectionné des films dans le cadre de l’appel à projets « Films en route » qui visait à soutenir des films en cours de post-production. Bègue est l’un d’entre eux : une quête personnelle pleine d’auto-dérision, à la recherche de la « fluidité »… ça vous parle ?

●●

Comment un chercheur cherche-t-il, et d’où lui vient sa recherche ? Simha est une passionnante plongée dans le parcours de l’ethnomusicologue Simha Arom. Ses oreilles grandes ouvertes à des chants divers, on y ressent très clairement son désir scientifique et sa curiosité, qui est l’essence même de la recherche : surtout, d’abord, ne rien comprendre !

●●

La plage Docmonde accueille cette semaine un film sensible et délicat autour du génocide des Tutsis au Rwanda, il y a 26 ans. Ntarabana pose la question de la réconciliation, lourde tâche à porter lorsque l’oubli est impossible et le traumatisme encore vif…

Il est aussi question d’Histoire dans Victory Day, de Sergueï Loznitsa. Mais y est-il question de réconciliation ? À Berlin, le 9 mai — demain ! — au Treptower Park, on commémore la victoire des soviétiques sur les nazis. Mais les danses, les chants, les sourires et le folklore laissent pourtant entrevoir des inquiétudes et des tensions bien contemporaines…

●●

Enfin, ne ratez surtout pas Sois belle et tais-toi de Delphine Seyrig. Dans le prolongement de l’Escale Restons confiné.e.s, restons féministes, on retrouve la réalisatrice-actrice questionnant ses collègues comédiennes sur la condition féminine dans les métiers du cinéma… Ce film de 1977 aurait-il quelques échos contemporains ?

Bons films !