Le blog de Tënk > Éducation à l'image

Critique du film L’île aux fleurs – Lycée du Sacré Coeur

10 juin 2021

Un parcours introspectif : du spectateur passif au spectateur actif

 

1989, Porto Alegre, ville natale du scénariste et réalisateur Jorge Furtado : nous suivons le parcours d’une tomate depuis son lieu de production jusqu’à sa destination finale sur l’Île aux fleurs, entre porcs, femmes et enfants locaux… La profusion d’images, typique des documentaires de la fin des années 80, nous invite à une une réflexion poussée sur la société de consommation. Ces images saccadées montrent par contraste le décalage entre les différentes conditions de vies sociales de la consommatrice initiale jusqu’aux habitants de l’Ile aux fleurs.

La progression du film est conçue sur un effet boule de neige : chaque fin de phrase donne naissance à une nouvelle histoire, qui à première vue ne semble pas s’inscrire dans la continuité du fil conducteur. Néanmoins, tout finit par s’imbriquer dans une logique imparable et déconcertante. Celle-ci nous met face à nos erreurs passées, telle que l’extermination du peuple juif, sur un ton sarcastique. Or, ce choc visuel créé une césure, qui rompt avec le caractère jusqu’ici divertissant du documentaire. Le spectateur qui, au premier abord est passif se retrouve malgré lui dans une dynamique d’autocritique. ll devient au final acteur et affronte un réel enjeu environnemental et contemporain.

 

Classe de terminale spécialisation Humanités du Lycée du Sacré Coeur à Privas, promotion 2021